Presse (sélection de quelques articles)

Sélection non exhaustive (presse, communiqués, Internet et réseaux sociaux)


"Causes communes"                                                          (revue de la cimade - Juillet 2015)


mIDI LIBRE (24 mars 2015)

Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés article Midi Libre du 24 mars 2015, festival Itinérances Alès

Ouest-France (20 janvier 2015)

Ouest-France Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés

site du cantal (mi-décembre 2014)

Les enfants de l'Ovale... Un essai qui transforme ! Un film de Grégory Fontana et Rachid Oujdi

ventilo (magazine culturel) décembre 2014


article journal "la montagne" (26/11/2014)

Article "La Montagne" (26/11/2014) suite à la projection du film "Les enfants de l'Ovale... Un essai qui transforme !" de Grégory Fontana et Rachid Oujdi

ZIBELINE (magazine culturel), novembre 2014


le réveil cantalien (du 21/11 au 27/11/2014)

Les enfants de l'Ovale... Un essai qui transforme ! de Grégory Fontana & Rachid Oujdi

Le360 (média digital marocain généraliste)


LE MAG DU PUY N°18 (Sept. Oct. 2014)

Le Mag du Puy portrait de Rachid Oujdi

AFRICULTURES (AOUT 2014)

Africultures : soirée de cinéma documentaire et d'échanges avec Rachid Oujdi

Togo en marche - site d'actualités (aout 2014)

Togo en marche : Showbiz au centre Mytro Nunya avec Rachid Oujdi

LERUGBYNISTERE.fr (28 décembre 2013)


Le Soir (quotidien marocain) 30 avril 2013


Extrait de l'article :

Rachid Oujdi au FIFALE 2013

Article dans son intégralité :


Journal AUFAIT Maroc (février 2013)

Article paru le 17 février 2013 dans "AU FAIT MAROC"
Article paru le 17 février 2013 dans "AU FAIT MAROC"

Journal La Provence : 18 février 2013

La 4ème édition du festival "Polar en lumières" a pris fin hier soir au cinéma éponyme. Une soirée de clôture en musique avec un concert intitulé "Harry Bosch et le jazz" qui en a séduit plus d'un.

Polar en Lumlères, Rachid Oujdi
Clap de fin pour "Polar en lumières"
Soirée de clôture, JAZZ et POLAR, Rachid Oujdi


 

 

 

 

 

 

 

La Provence (vendredi 06 mars 2009), édition Aix et Pays d'Aix

Rachid Oujdi, les 50 ans du Cinéma le Cézanne à Aix-en-Provence
Rachid Oujdi réalisera le film des 50 ans du cinéma Le Cézanne d'Aix-en-Provence, article La Provence

La Provence (dimanche 08 mars 2009), édition Aix et Pays d'Aix

La Provence : Célébration originale des 50 ans de l'établissement aixois
Anniversaire / Célébration originale des 50 ans de l'établissement aixois


L'Humanité (18 juillet 2008)

Société

Des jeunes de Seine-Saint-Denis prennent l’antenne à Arles

Quartiers. Trente jeunes d’Aubervilliers et du Blanc-Mesnil s’initient à la radio et aux musiques du monde, au festival Les Suds, à Arles.

Arles (Bouches-du-Rhône),

envoyé spécial.

Casque sur les oreilles et micro devant la bouche, Antoine lance son prochain sujet, à la manière d’un pro, pointant son doigt vers la régie. Au programme de l’émission réalisée en direct et en plein air : un micro-trottoir sur le slam et les musiques du monde. Conclusion des apprentis journalistes : « Les gens ne connaissent que les stars comme Abd Al Malik et Grand corps malade ». Âgé de dix-neuf ans, Antoine habite dans les environs d’Arles et participe à la radio éphémère des Suds, liée au festival éponyme qui a lieu tous les ans en juillet dans la cité provençale.

Depuis 2007, cette antenne chapeautée par le journaliste, Antoine Chao, ex de la Mano Negra, accueille des jeunes de Seine-Saint-Denis. Cette année, ils sont dix-huit d’Aubervilliers et douze du Blanc-Mesnil, à côtoyer une quinzaine d’Arlésiens. Radio mais aussi danses africaines ou de Bollywood, percussions mandingues, slam et hip- hop sont au menu de leur séjour. À l’automne, ce devrait être aux jeunes provençaux de « monter » dans le 93, dans le cadre du festival Villes des musiques du monde.

« Tous les festivals de musiques du monde n’ont pas de dimension sociale mais nous souhaitons créer un petit réseau avec d’autres manifestations qui ont envie d’aller vers des publics qui ne s’intéressent pas a priori à ces musiques. On ne cherche pas à leur faire oublier le rap mais à leur ouvrir d’autres portes. C’est impressionnant comment en une semaine, les choses bougent », explique Loïc Bastos, responsable des ateliers pour les Suds.

C’est à partir des contenus établis par les organisateurs des festivals que les acteurs sociaux, éducateurs, foyers d’accueil, maisons de quartiers, proposent à des jeunes de participer aux activités. « Je découvre complètement le monde de la radio. Je ne me rendais pas compte que c’était autant de boulot. Mais s’entendre en direct ça fait plaisir », témoigne Balla Akissa, vingt ans, du Blanc-Mesnil.

Outre l’initiation à la tech- - nique, le stage permet aussi de rencontrer des artistes. De Magyd Cherfi, qu’ils ne connaissaient qu’à travers Zebda, au Choeur de la Roquette, un ensemble féminin qui chante en occitan, c’est la même curiosité qui guide les jeunes de l’atelier. « On va essayer d’interviewer Toumani Diabaté parce qu’il y a des gens d’origine malienne parmi nous. Mais cela va être difficile, il est très demandé », explique Balla, généralement amatrice de zouk et de R’n’B.

Les jeunes doivent en effet se plier aux emplois du temps des artistes comme à celui des vrais journalistes. « On se lève un peu tôt mais comme il fait beau, c’est un peu aussi des vacances. » « Pour eux, à Arles, il n’y a pas de problèmes sociaux. Car ils pensent qu’il n’existe pas de quartiers sensibles en dehors de la région parisienne », témoigne Rémy Gontier, administrateur du festival Villes et musiques du monde, en Seine-Saint-Denis.

Ludovic Tomas


La Provence (17 juillet 2008), Spécial Festival, édition Arles

LA RENCONTRE / La radio des Suds réunit des jeunes d'ici et de Seine-Saint-Denis 

D'Arles et du "9.3" sur la même longueur d'ondes

Les jeunes arlésiens et les adolescents de Seine-Saint-Denis réunis autour du micro de la radio des Suds. Pour écouter des sujets enregistrés dans la journée ou déclamer son slam.
Les jeunes arlésiens et les adolescents de Seine-Saint-Denis réunis autour du micro de la radio des Suds. Pour écouter des sujets enregistrés dans la journée ou déclamer son slam.


Ouest-France (10-11 mai 2008), Ille & Vilaine, 19ème festival Etonnants Voyageurs

Rachid Oujdi aux manettes de la programmation des films du festival
En prenant les manettes de la programmation cinéma du festival, Rachid Oujdi donne un nouvel éclairage aux Etonnants Voyageurs.

Le festival déroule le tapis rouge au cinéma

 

Avec 150 projections,une soixantaine de réalisateurs invités et neuf lieux de diffusion, le festival donne aux films un rôle primordial dans son programme. Documentaires et fictions sont en résonance.

Bon second rôle depuis le début d'Étonnants Voyageurs, le film s'impose désormais depuis trois éditions. « Toutes les fictions et les documentaires qui sont projetés pendant ces trois jours sont en résonance avec le festival. Tout est lié et donne de nouveaux éclairages », estime Rachid Oujdi, le chef d'orchestre de toute cette programmation.

Cela peut être un court-métrage qui montre le périple d'un écrivain et donne au spectateur envie de lire son livre, c'est un romancier qui passe derrière la caméra, c'est une fiction sur Israël qui éclaire l'actualité. « On a choisi une trentaine de films qui parlent de l'exode. On pourrait même dire des exodes car les sujets sont très variés, de la guerre, au réchauffement de la planète ».

Un autre thème fort qui s'impose à Saint-Malo, c'est la mer. Pour la deuxième année consécutive, l'École nationale de la marine marchande ouvre ses salles au public. « On va aller dans le sillage de Magellan, au Cap Horn, ce sont une quinzaine d'aventures maritimes et polaires qui sont présentées ».

Bouillonnement d'échanges

A l'issue de chaque projection, il y a un débat ou une rencontre avec le réalisateur. Une soixantaine est arrivée hier soir des quatre coins du globe pour aller à la rencontre du public. Pour ces professionnels du 7 e art, le festival est aussi l'occasion de croiser leur travail avec celui des écrivains. Ce bouillonnement d'échanges sert de catalyseur. « Bernard Boyer est venu ici il y a deux ans avec un documentaire. En sortant d'Étonnants Voyageurs, il a décidé de repartir sur le champ ! Il nous revient avec un film sur la Terre de feu qu'il a bouclé la semaine dernière », se réjouit Rachid Oujdi. La Malouine Sylvie Levey, elle, a quitté la cité corsaire depuis longtemps pour vivre en Chine. Elle arrive avec « Shanghaï, en attendant le paradis », un reportage qu'elle a mené pendant six ans auprès d'une famille dont la maison allait être rasée. À travers l'histoire de ces gens déplacés, c'est une grande partie de l'Empire du milieu qui se dévoile.

Avant-premières et films rares

Le festival peut s'enorgueillir d'avoir dans sa sélection bon nombre d'avant-premières et oeuvres rarement diffusées. « On les décline en demi-journée pour embarquer complètement les spectateurs dans un univers donné ». On passe cet après-midi avec Joseph Kessel, la nuit prochaine avec les polars, et parler manouche dimanche. « Ce qui est formidable, c'est que le public adhère à notre démarche. A toutes les séances, il y a la queue devant les salles. Certains se laissent conduire au hasard du programme, d'autres, de plus en plus nombreux viennent exprès. Le cinéma amène donc un nouveau public ».

Karin SOULARD


Ouest-France (vendredi 20 juillet 2007)

Rachid Oujdi et Maëtte Chantrel au festival Interceltique de Lorient, article Ouest-France
Kenneth White, écrivain, poète, essayiste, voyageur écossais installé en Bretagne revient au Bistrot littéraire du Festival interceltique de Lorient, jeudi 9 août.

Le festival Interceltique dévoile ses facettes

Art contemporain, débats littéraires, projections cinématographiques et rencontres économiques : le Fil est un événement à haute valeur culturelle.

extrait de l'article :

(...) Le volet littéraire sera bien servi avec le bistrot littéraire animé par Maëtte Chantrel et Rachid Oujdi à la Maison de la mer. Il accueillera des personnalités telles que l'écrivain Kenneth White, le scénariste écossais Peter May ou la femme de lettres lorientaise Irène Frain. Des débats sur les mythes, les gens de mer ou encore les femmes de Bretagne se dérouleront tout au long du festival. (...)


Ouest-France (jeudi 09 août 2007), édition Lorient, Festival Interceltique

Maëtte Chantrel et Rachid Oujdi animeront les discussions du Bistrot littéraire, à la Maison de la mer à Lorient.
Maëtte Chantrel et Rachid Oujdi animeront les discussions du Bistrot littéraire, à la Maison de la mer à Lorient.

La soif de lire s'étanche au Bistrot littéraire : Maëtte Chantrel et Rachid Oujdi invitent les festivaliers autour d'ouvrages éclectiques.

extrait de l'article :

Le Quai du livre est déjà noir de monde. Les amateurs de littérature peuvent se réjouir car le Bistrot littéraire ouvre ses portes aujourd'hui. Attention, cette année, les invités s'intéressent à des sujets très variés. De Gérard Alle, auteur d'un ouvrage sur l'histoire du pâté Hénaff au Pardon en Bretagne de Bernard Rio, les discussions aborderont des thèmes très variés. « Ce n'est pas toujours facile de se situer en marge d'un festival musical, confie Maëtte Chantrel, organisatrice de la manifestation. Mais on commence à se forger notre petit public. Les mêmes têtes reviennent d'une année à l'autre. »

Pour son dixième anniversaire, le Bistrot littéraire offre une programmation bigarrée : le célèbre écrivain écossais Kenneth White sera suivi de son truculent compatriote Peter May qui viendra parler de son dernier polar, Cadavres chinois à Houston. A noter aussi la présence d'auteurs comme le Larmorien Alain Jégou ou la Lorientaise Irène Frain. « L'idée n'est pas de résumer les livres ou d'en déflorer le sujet. Il s'agit plus d'une rencontre entre les écrivains et les lecteurs », précise Rachid Oujdi, programmateur de films pour le festival Étonnants voyageurs. Comme son nom l'indique, le Bistrot littéraire est plutôt informel. Autour d'un verre, les amoureux des livres vont pouvoir, jusqu'à dimanche, échanger avec des figures de la littérature interceltique. (...)

Le bistrot ouvre ses portes tous les jours jusqu'à dimanche de 15 h 30 à 19 h, au premier étage de l'office de tourisme, à la Maison de la mer. L'entrée est libre et gratuite.


Le Télégramme (dimanche 12 août 2007), Festival Interceltique

Rachid Oujdi et Maëtte Chantrel, au bistrot littéraire de Lorient, article du journal Le Télégramme
Rachid Oujdi et Maëtte Chantrel, au bistrot littéraire de Lorient, article du journal Le Télégramme

La Provence (11 juillet 2007), Festival Les Suds, édition ARLES.

La radio des Suds a repris ses quartiers d'été, à la Roquette, pour la 7ème année consécutive.

La Provence (juillet 2007), Rachid Oujdi et La Radio des Suds à Arles
La Provence (juillet 2007) La Radio des Suds à Arles

Ouest-France (29 mai 2007) 18ème festival Etonnants Voyageurs, édition St Malo.

Rachid Oujdi, le programmateur, a choisi des documentaires en fonction des thématiques générales du festival.
Ouest-France (2007) Etonnants Voyageurs

Le Pays Malouin (27 mai 2007)
Le Pays Malouin (27 mai 2007)

Le Pays Malouin (27 mai 2007) Etonnants Voyageurs

Rachid Oujdi, le Monsieur film du festival

Le film prend de plus en plus d'importance au sein d'Etonnants Voyageurs.

Les recette du succès avec le programmateur en chef des documentaires.

Rachid Oujdi est un homme heureux. L'ancien animateur radio travaille à Etonnants Voyageurs depuis 2002. Au début, il a animé quatre débats dans l'hôtel du Louvre. En 2003, le Directeur du Festival, Michel Le Bris, lui confie le Maggic Mirror. En 2004 et 2005, il continue à animer ce lieu tout en assurant la programmation de la partie film. Le public suit et le documentaire se développe au sein du festival. Tant et si bien qu'à partir de 2006 Rachid ne s'occupe plus que de programmer les documentaires. Voyages en images aux quatre coins du monde.

Rachid Oujdi le Monsieur film du festival, article Le Pays Malouin
Rachid Oujdi, des livres dans les mains, des films plein la tête.

145 films diffusés cette année, contre 71 en 2006, comment expliquez-vous Rachid Oujdi, ce développement de la partie documentaire dans le festival ?

Rachid Oujdi : les documentaires ont toujours été présents à Etonnants Voyageurs. Mais à partir de 2004, nous peaufinons la programmation. A l'époque, nous étions partis d'un constat : le documentaire explose au cinéma. Nous avons voulu suivre cette tendance. La greffe a bien pris. J'en suis fier. L'année dernière, 13 500 personnes sont venues voir des films dans le festival. En 2007, nous allons pour la première fois le Cinéma Le Vauban sans oublier une salle de l'école nationale de la marine marchande. Les conditions d'accueil des festivaliers vont s'améliorer.

Quels sont les thèmes abordées pour cette nouvelle édition ?

Vingt films concerneront plus spécialement le monde de la mer. Il y aura aussi des adaptations cinématographiques. Mais cette année, nous avons voulu faire la part belle aux films rares. Ainsi Yves Boisset viendra présenter Un Taxi Mauve en hommage à Michel Déon, dimanche à 11h au Cinéma le Vauban. Je suis aussi très heureux d'avoir récupéré une copie du film  Ryszard Kapuscinski d'Adam Low (1).Ce film inédit en France, permettra de rendre hommage à ce grand journaliste, globe-trotter, décédé en début d'année. En concertation avec Michel Le Bris et l'équipe du festival, je choisi des films en résonnance avec le thème du festival les villes monde.

Michel Le Bris m'a demandé de trouver des docs ou des fictions sur Anita Conti ou Joseph Conrad. L'hommage à Paul-Emile Victor, rappelle qu'en 2007, on célèbre l'année des pôles.

Dans un marché de plus en plus concurrentiel Etonnants Voyageurs permet-il de mettre en valeur certains documentaires qui auraient, sans lui, des difficultés à sortir de l'ombre ?

                Oui, tout à fait. Des diffuseurs n'hésitent pas à venir faire leur marché ici sans que cela soit officiel. C'est ainsi que France 5 est devenue partenaire. Le festival est aussi un lieu ou les projets naissent.  C'est ici que les Malouins Stéphanie Valloatto et Cyrille Blanc ont rencontré Lucien Gourong.  Cette rencontre a abouti à un documentaire diffusé cette année (2). J'organise d'ailleurs des petits-déjeuners professionnels à l'ENMM* entre diffuseurs, réalisateurs et journalistes pour faciliter les contacts entre les gens qui, bien souvent se connaissent de nom, mais ne se sont jamais vus.

Quelles sont vos coups de coeur de cette édition 2007 ?

Ils sont nombreux, impossible de tous les citer. Allez Yallah de JP Thorn est absolument extraordinaire. C'est un road- movie d'une caravane de femmes musulmanes et non musulmanes entre le Maroc et la France (3). La Véritable histoire du Far West va surprendre (4). Il s'agit d'un docu-fiction. Des fouilles archéologiques dans la ville de Virginia City , ex ville phare de la ruée vers l'or permettent de mettre à mal bon nombre de clichés sur le Far-West.

Mexico, un taxi et des voleurs (5) m'a littéralement scotché.  Il raconte l'histoire d'un chauffeur de taxi, il y en a 140 000 à Mexico, de ses clients, de sa famille. Ce documentaire offre la vision d'une ville immense et violente, avec notamment 8000 faux taxis qui kidnappent les gens.

Quel est le positionnement du film par rapport au livre dans un festival tel qu'Etonnants Voyageurs ?

                Je ne crois pas que l'image vampirise la littérature. Je pense plutôt qu'elles se complètent. Voir un film peut donner l'envie d'acheter un bouquin. Je connais des festivaliers qui, justement, ont découvert Nicolas Bouvier via des documentaires. Ils sont allés ensuite dans le salon du livre pour acheter ses bouquins.

 

Reccueillis par J.M

 

(1) Lundi à 14h à l'Auditorium du Palais du Grand Large

(2) Lundi à 15h15 au Cinéma le Vauban

(3) Samedi 17h00 au Cinéma le Vauban

(4) Lundi à 10h15 au Cinéma le Vauban

(5) Samedi 11h00 au Cinéma le Vauban

 

* Ecole nationale de la marine marchande




La Tribune (24 mars 2007) Salon du Livre de Paris
La Tribune (24 mars 2007) Salon du Livre de Paris

Le Télégramme (1er août 2006), Pages spéciales 36ème Festival Interceltique de Lorient

A partir d'aujourd'hui, quatre rendez-vous quotidiens seront animés par Rachid Oujdi
Le Télégramme (2006)

Ouest-France (mardi 06 juin 2006), Pages Saint-Malo

Rachid Oujdi a animé hier le débat sur le thème "Juifs-Arabes... et alors ?"
Ouest-France (2006) Etonnants Voyageurs

Ouest-France (Mercredi 04 mai 2005), Toutes éditions, pages CULTURE

Rachid Oujdi, programmateur des films documentaires pour Etonnants Voyageurs
Ouest-France (2005) Toutes éditions, pages Culture

Ouest-France (Jeudi 11 août 2005), Edition Lorient, spécial Festival Interceltique

Rachid Oujdi et Maëtte Chantrel au Festival Interceltique
Ouest-France (2005) Edition Lorient

Mediapart

«Lo and Behold»: Werner Herzog invente Internet (sam., 19 août 2017)
Werner Herzog a réalisé en 2016 Lo and Behold : Reveries of the Connected World. Ce documentaire consacré à Internet, son histoire et ses perspectives, pose l’une des questions au cœur de cette série d’articles : Internet est-il un sujet comme les autres ?
>> Lire la suite